Carême – Jour 32 (jeudi 11 avril)

Méditation pénitentielle

A ta prévenance, Seigneur, il nous arrive de répondre par l’indifférence, la tiédeur, le doute.
Je reconnais mes prières si vite expédiées, mes journées passées sans que je me tourne vers toi;
mes absences au rassemblement dominical pour lesquelles je trouve des excuses bien faciles;
mes absences aux rendez-vous que tu me donnes pour des temps de prière ou des temps d’approfondissement de ma foi.
Pour m’être détourné de toi, pardonne-moi, Seigneur.

Nous sommes hommes et non pas Dieu, mais tu nous as faits à ta propre image, et tu nous as envoyé
ton Fils unique pour nous dire comment te ressembler.
Je reconnais mes colères qui me défigurent et blessent les autres; mon orgueil qui me fait oublier autrui,
mon égoïsme qui empêche les autres de vivre, mon intolérance qui refuse l’autre,
mon indifférence qui m’aveugle et me ferme le coeur devant ceux et celles qui souffrent.
Pour avoir défiguré le visage que tu m’as donné, en me créant et en me sauvant, pardonne-moi, Seigneur.

Nous avons défiguré le visage du Ressuscité en défigurant son Corps qu’est l’Eglise.
Ensemble, solidairement, nous reconnaissons : nos silences qui cautionnent l’injustice, la violence, nos slogans
si vite dits, et si peu réfléchis, notre « chacun pour soi » qui maintient des peuples entiers dans la misère, la famine,
la mort, nos contre-témoignages qui défigurent l’Eglise.
Pour ton Eglise qu’encore aujourd’hui nous avons défigurée, ensemble nous te demandons pardon.