Le mot du jour par l’abbé Philippe Castermant

Dimanche dernier, nous avons célébré la fête de la Sainte-Trinité, dimanche prochain, ce sera la fête du Corps et du Sang de Jésus, une fête d’origine belge qui s’est ensuite étendue dans toute l’Eglise latine.

Ces deux fêtes coïncident avec un temps d’espérance durant lequel on nous promet de retrouver une vie plus relationnelle et une plus grande facilité pour accéder à la célébration eucharistique qui en a pris un coup très dur durant ces derniers temps.

La fête de la Sainte Trinité nous a rappelé que Dieu n’était pas un Dieu solitaire mais un Dieu « communion et amour », un Dieu relationnel pourrait-on dire.

La fête du Corps et du Sang de Jésus nous rappelle combien l’Eucharistie est au cœur de la vie chrétienne, combien il est important de découvrir combien elle est vraiment nécessaire.

Comme le Père de la parabole du fils prodigue, vivons dans la joie de retrouver ce qui était perdu.

Vous aimerez aussi...